2 – Il Etait Une Fois …

26072011

Bonjour Cher Blog,

Je viens à peine de commencer alors soyez indulgent !!! Ce blog racontera les peripeties de la vie Pixita jour apres jour.




13 – Demande Pas Comme les Autres

14052013

On était que le 30 Aout mais elle recevait déjà des texto et des messages de souhaits d’anniversaire via le réseau social Facebook. Ça devenait stressant ; c’était à qui écrirait le 1er ou à qui écrirait le plus beau souhait. A bien y réfléchir 1 an de plus « c’est quelque chose mais c’est rien » une expression bidon prise dans un film vu quelques jours plutôt avec son homme.

Le jour J était arrivé, Pixita avait à peine fermé les yeux. Un jour, un an de plus, un bilan. En gros, tout allait bien, il fallait juste de la patience pour voir accomplir les projets de vie qu’ils avaient. Pour l’occasion, Pixita s’était faite plaisir avec un bel ensemble tailleur en pagne. La journée au boulot était zen et très bonne enfant. Pourtant le soir venu, elle était fatiguée comme quelqu’un qui avait fête 3 jours durant. C’était le flot d’émotions accumulés ces derniers jours. Trésor passa la chercher au bureau ; ils allèrent embrasser la mère de Pixita afin qu’elle lui souhaite un joyeux anniversaire et rentrèrent enfin. Soulagée de pouvoir enfin se mettre à l’aise, elle courut prendre une bonne douche chaude, dégusta avec bonheur le succulent plat qu’Agnès avait cuisiné et se relaxa devant un bon film dans les bras de son amoureux.

Trésor : « Chérie, je vais au salon ; j’ai un document sur lequel je dois travailler. Je fais au plus vite. Ne t’endors pas sans moi.»

Pixita : « Hum, je vais essayer. »

Elle regardait une comédie qui se trouvait trop drôle pour s’endormir. Au de 30 mns, Trésor entra dans la chambre avec son ordinateur et lui demanda de visionner son travail pour lui donner un avis différencié du sien. Mais grande fut sa surprise de se rende compte qu’au lieu de son travail, Trésor lui présentait un montage vidéo qu’il avait fait où leurs amis et famille lui souhaitent un très bon anniversaire. Elle en avait les larmes aux yeux. Après tous ses souhaits, le montage vidéo finissait avec sa demande en mariage. Pixita leva ses yeux remplis de larmes sur Trésor à genoux devant elle, la bague à la main. Oui, elle voulait l’épouser. Oui, elle n’attendait que ça. Oui pour la vie avec lui.




12 – JOURNEE NOIRE (05-08-11)

17082011

Image de prévisualisation YouTubePixita ne comprenait plus ce qui leur arrivait. Ils se disputèrent de plus en plus souvent et la plus part du temps ca partait de rien. Qu’est-ce qui se passait ? Comment en étaient-ils arrivés à cela ? Et dire que la journée avait bien commencée. Trésor l’avait réveillé par des baisers, le carreleur devait venir faire l’intérieur des chambres et il était plus de 9h. Cependant, une mauvaise nouvelle l’avait déjà rendu très triste. Un bus avec à son bord un peu plus de 200 personnes était tombé plutôt en début de matinée dans la lagune. C’est une journée noire sans précédent. La journée s’écoula lentement avec plus ou moins son lot de frustration car le courant était coupé. Le soir vint avec le courant, c’était un ouf de soulagement, Pixita se prépara à aller rejoindre ses amies à l’after-work. Ce n’était pas vraiment du gout de son copain qui pourtant ne fit pas de chichi pour la déposer. Malheureusement leur discution n’avait pas tournée comme il fallait et comme c’était encore à prévoir, elle se refugiât dans son silence. Pixita, dans son fort intérieur, se remémorait la dispute :

Trésor : « Je ne peux comprendre qu’on puisse maintenir cet événement dans un moment pareil. C’est manqué de respect. Mais bien sur, ca n’engage que moi. C’est ma vision des faits. »

Pixita : «  C’est triste que cela soit arrivé mais la vie ne s’arrête pas là. Autant 200 personnes ont péri, autant 200 bébés sont venus à la vie. Leurs mères devraient-elles pleurer pour autant ? »

S’en rendre compte, frustrée et hors d’elle par les propos émis de son copain, elle avait levé le ton. Ce qu’il avait dit lui semblait injuste, elle se sentait mal dans sa peau, avait l’impression d’être un monstre d’égoïste après tout ce qu’il avait sorti. C’était il seulement rendu compte ? Le silence était définitivement sa seule arme, son seul refuge.

Trésor : « Et tu vas encore te taire ! Sais même pas pourquoi tu es fâchée ? Je ne t’ai pas attaquée. Juste donné mon opinion. »

Pixita : « Je ne suis pas fâchée. »

Trésor : «  Ouais c’est ca, ca ne se voit que trop même, que tu ne sois pas fâchée. »

Pixita : « …….. »

Trésor : « Et ca va me retomber dessus, tu vas en plus un sortir un de ses 4 que je sors jamais avec toi, pour justifier je ne sais quoi. Décidément ma vie est trop compliquée. »

Pixita : « …………… »

Comment pouvait-il dire ca ? Lui qui n’arrêtait pas de lui dire qu’elle devrait s’ouvrir à lui, qu’elle pouvait lui parler,  qu’ils devaient communiquer. C’était la même personne qui lui reprochait les reproches qu’elle lui faisait. Comment pourrait-elle avoir le courage de s’ouvrir encore à lui sans risquer d’entendre qu’elle lui reprochait ceci ou cela. Comment saurai-t-elle soigner son défaut si à chaque carrefour il lui tombait dessus à coup de paroles blessantes ? Elle avait beau se triturer les méninges, aucune solution n’illuminait son cerveau brouillé entre pensées noires et envie de pleurer.

Il la laissa au bas de l’édifice, tout le monde était présent, elle avait besoin de souffler, de se changer les idées. La vie de couple ne se résumait objectivement pas qu’ I LOVE YOU. Annaelle, Pamela, Annick, Estelle et même Nini avec sa copine étaient tous au RDV. Il y régnait une joyeuse ambiance. Elle s’amusait comme une petite folle pour oublier mais il lui manquait ; elle ne pouvait vivre ou rire quant ils étaient fâchés. Il était elle et elle était lui ; tous deux fondus dans un même corps, ne formant qu’un seul et même esprit. Elle décidât de rentrer, ca ne pouvait pas continuer ainsi.

A la maison, elle se jeta dans ses bras, lui demanda pardon pour tout le mal qu’elle lui avait fait. Il la serra fort contre lui et l’embrassa tendrement.




10 – RELIGION

2082011

2 ème jour du carême, elle le regardait prier après qu’ils aient ensemble coupé le jeûne. Définitivement, elle ne saurait être musulmane ; mieux vaut que tous le crurent ainsi pour si elle tenait à devenir son épouse un jour aussi proche fut-il. Au bureau, elle avait continué ses recherches afin de mieux de comprendre de quoi il en retournait. Sur que comme toute religion, elle était centrée sur les fondements même que Dieu est Miséricordieux, néanmoins sa pratiquante s’avérait sophistiquée à son gout. Tout en continuant à le regarder prier, elle réalisa qu’elle était prête à tout même à devenir musulmane pour être auprès de lui pour l’Eternité. Sa prière terminée, Ce fut le moment de passer à table, Agnès s’était encore une fois surpasser pour eux. Ils eurent droit à un steak tendre à souhait accompagné de frites dorées couché sur un lit de salade fraiche : un vrai délice !

Puis chacun pris son ordinateur, vérifia son compte Facebook. Le jeune couple était accro de ce nouveau réseau social très en vogue quitte à faire place à un immense village planétaire, échangea quelques nouvelles reçue d’amis en commun, d’événements publiés et autres …. D’ailleurs, un concert se préparait pour le 06 Aout qui était la Fête de l’Indépendance de leur pays. Trésor et Pixita, tous deux férus de reggae, se régalaient déjà des bonnes vibrations qui se partageraient ce jour là dans leur club préféré et de surcroit avec les Wisemens.

Enfin, ils trouvèrent du temps pour eux ; se passèrent un bon film qu’ils regardaient enlacés tendrement.  Trésor,  tout doucement, commença à caresser le dos de Pixita. Elle eut des frissons de plaisir qui traversait son corps de part et d’autre ; encouragé, ce dernier continua en s’engageant plus loin toujours plus loin. Ses caresses se firent plus précises et plus insistantes accompagnés de baisers dans son cou ; elle ne tenait plus. A dire vrai, Trésor connaissait parfaitement le corps de sa copine et lui procurer du plaisir sans fin n’est pas le défi  le plus hard qu’il eut à relever. Ce soir là, ils firent l’amour passionnément non  sans un soupçon de brutalité. Heureuse et comblée, Pixita s’endormit sans s’en rendre compte du sommeil du juste.




9 – Bebe, à Quand ton Retour ……….

1082011

Il était 19h, Pixita rentra épuisée du boulot, les horaires avaient été encore modifiés à son grand dam. Il lui faudrait du temps pour s’accoutumer. Depuis dimanche, elle déprimait; le pauvre Trésor essayait tant bien que mal de la rassurer et de lui redonner le sourire mais elle voyait à peine ses efforts. Couchée dans son lit, elle était concentrée sur ce qu’elle appelait  » SON BILAN PRO-PROVISOIRE 2011″. En gros, elle avait un boulot détestable mais un boulot tout de même, un fils qu’elle adorait plus que tout mais dont elle ne pouvait être présente quotidiennement à cause du père du petit et elle avait un homme qui l’aimait malgré ses défauts. Mais honnêtement, quant elle pensait à Maggi, son amie et collègue, sa vie n’était vraiment pas plus mal. Elle ne devait vraiment pas s’en plaindre. Maggie était une jolie libanaise d’1m58, une petite fofolle dans son genre mais d’une douceur infinie. Pixita l’adorait et se confiant sans hésiter à sa grande amie qui en amour n’avait pas autant de chance qu’elle.

Pixita se mit à décrire sa journée à son journal intime. Elle avait commencé à jeûner avec son copain. Le carême musulman avait débuté le jour-même et s’étendait sur 40 jours. C’était un jeune sec ( sans nourriture, ni boisson). Son 1er jour de jeune s’était plutôt bien déroulé au point où elle pensait faire tous les 40 jours. Elle avait essayé d’étudier le Coran pour apprendre à prier mais il lui parut tellement compliqué qu’elle se demanda comment Trésor y arrivait. Le nom musulman quel avait choisi était: NOUR qui signifie LUMIÈRE. Trésor adorait ce prénom, ravit que sa future femme l’ai choisi. Depuis quelques temps, une envie presque violente la taraudait; elle désirait avoir un bébé. Mais n’étant pas encore mariée, elle ne pouvait se permettre ce luxe. Décidément, l’attente était trop longue.

Image de prévisualisation YouTube




8 – Première Déception

31072011

C’est toujours très difficile de coucher sur toile la complexité de ses sentiments tandis que Pixita tentait de se libérer sur son journal intime, les mots lui manquaient. Son cœur était lourd, confus, lourd de regrets, de remords, de déception. Elle écoutait en boucle «  Et Pourtant de Fady » un artiste libanais qui avait cartonné il y a des années de cela quand elle était gosse encore. Elle abhorrait un calme que Trésor exécrerait. Ce silence lui permettait de tenir le coup, de ne pas s’effondrer en larmes inutiles. La nuit fut considérablement longue, cette dispute l’avait vidé. Elle ne savait plus ce qu’elle ressentait. Au soleil levant, Trésor vint se réfugier dans ses bras, elle accueillit avec amour et infinie tendresse bien que toujours dans le silence. Elle remplaçait sa mère qu’il n’avait que malheureusement trop peu connu. Elle l’avait blessé, en était amplement désolé ; nonobstant, il n’était pas allé non plus de main morte. Des deux camps, les pertes étaient considérables. Comment les réparer ? Elle ne s’en sentait pas le courage préférant se renfermer dans son silence.

Elle se leva pour se préparer à partir avant l’arrivée de l’oncle de Trésor. Son téléphone n’arrêtait de sonner ; sa mère l’appelait. Son fils voulait la voir toutefois elle n’avait pas envie de décrocher. De toute façon, elle serait chez elle bien assez tôt ; de plus, elle ne pouvait faire sortir son fils qui avait fêté plutôt dans la semaine son anniversaire. Elle n’avait plus d’argent et s’impatientait de recevoir son salaire. La société était menacée de fermer. Ca la stressait mais elle remettait sa vie toute entière dans la main de Dieu. Que Sa volonté se fasse.  Sans oublier, qu’un fauteuil blanc l’attendait avec sa mère dont elle connaissait parfaitement le sujet à l’ordre du jour. Purée, ce n’était vraiment pas le moment, elle n’avait pas besoin de ça.

Elle était prête à partir, toutes ses affaires étaient rangées, elle vérifia qu’elle n’avait rien laissé chez Trésor qui trahissait la présence d’une femme dans la maison. Tout doucement, elle s’approcha de lui, elle regarda.

Trésor : « Il n’arrive que vers 2 ou 3h de l’après-midi. Tu peux attendre ou tu es pressée de rentrer. »

Pixita : « C’est comme tu veux. »

Elle se releva et retourna terminer de raconter ses frasques à son journal intime. Il se réveilla 30 mn plus tard, s’apprêta et la déposa chez elle.

Trésor :  » Qu’est-ce qui ne va pas chérie? »

Pixita :  » Je vais bien, suis juste fatiguée. »

Trésor :  » Pourquoi tu refuses de me parler. « 

Pixita :  » Je suis juste fatiguée. Je te demande pardon pour t’avoir offensé hier. « 

Trésor :  » C’est oublié. Je t’aime. Tu es la femme de ma vie, tu es ma future épouse. Je refuse de te perdre. « 

 

 

 




7 – Marre

30072011

Image de prévisualisation YouTubeLorsqu’elle ouvrit les yeux, tirée de son sommeil par l’appel d’un collègue, il était déjà à 11h. Trésor était parti au boulot depuis belle lurette. Elle discuta longtemps avec Stéphane du boulot qui ne satisfaisait personne et des frustrations ressenties chaque jour passée dans la société. On sonna à la porte, c’était Trésor qui rentrait. Elle l’embrassa à pleine bouche, heureuse de le voir rentrer enfin. Ses bras, qui l’avaient enlacée amoureusement toute la nuit, la seraient tendrement et ses lèvres se firent encore plus douces sous leur baiser qui faisait monter en elle un désir violent. Quand en définitive, leurs corps se séparèrent, il lui annonça :

Trésor : « Mon oncle Matteo, le petit frère de mon père, vient demain; je te déposerais quand tu veux, soit ce soir ou demain. Il ne viendra pas avant 11h ou 12h. »

Pixita : « Je rentrerais quand tu voudras. Tu sais bien qu’on ne se lève pas tôt les week-ends.
»
Trésor : « On fera l’effort de se lever tôt alors. »

Cette nouvelle tomba comme un couperet. Bien que Trésor ait exprimé à son père son souhait d’épouser la femme qu’il aimait. Ce dernier ne daigna même pas rencontrer Pixita. De ce fait, à chaque fois qu’elle venait chez lui, c’était en cachette de sa famille paternelle. Elle commençait à en avoir marre de se cacher de la sorte. Elle ne faisait rien de mal, elle admettait mal le fait d’être dissimulé. Pourtant, Elle évitait le sujet car sachant que cela gênait son homme néanmoins elle n’était pas dupe ; elle comprit que le père de Trésor ne voulait pas de ce mariage. Ils n’étaient pas de la même coutume, elle n’était pas musulmane et de surcroît elle avait déjà un enfant. Non, ce n’était pas une fille pour lui.

Pourquoi avait-il refusé toutes les jeunes filles de chez eux qu’on lui avait présentés. Son père n’approuvait sa décision et cependant ne l’a dépréciait point non plus. Tous les deux ne savaient pas communiquer, le père était un vrai tyran, il n’y avait que sa décision qui comptait en tant que chef de famille et nul n’osait s’opposer à lui, aussi, toutes les revendications et réunions de famille organisés pour faire comprendre à son père qu’il lui arrivait de commettre des erreurs étaient rester sans avenir.

Par ailleurs, bien qu’ils aient d’un accord commun, décidé d’attendre le retour de la mère de Trésor, Jade pour définir les détails du mariage, elle ne comprenait ce qui empêchait Trésor de lui faire sa demande en mariage et de commencer à chercher leur maison. Ça leur éviterait tous ses désagréments .Il était l’enfant unique de sa mère qui vivait dans un pays étranger, alors la logique voudrait que belle-maman soit présente quand son seul fils se marie. C’est vrai que la maison familiale s’était vidée à cause de la guerre, la femme de son père et ses demi-frères et sœur étaient tous retournés au pays. Il se devait de la surveiller jusqu’au retour de ses derniers. Mais, Pixita ne supportait plus cette attente devenue trop longue à son gout.

Ils étaient en retard pour l’anniversaire de Sarila ; beau-père avait encore fait des siennes. Elle l’écouta raconter ses mésaventures le cœur serré, elle n’y pouvait rien. Sur le chemin faisant, elle se demandait comment lui venir en aide. Elle s’en remit au Seigneur et pria que Trésor trouve la paix du cœur à défaut de l’amour de son père. Sarila, heureuse de les voir, les accueilli bruyamment. Avec surprise, Pixita découvrit des invités qu’elle n’attendait : Guillaume était là avec ses filles, Francine avec son fils et Serial était présente. Elle embrassait ça et là pour saluer ceux qu’elle connaissait, et se mit à table avec son petit-ami et Maxence qui les avait accompagnés également. Après leur acte de présence à l’anniversaire, ils passèrent faire un coucou aux cousines de Trésor puis sortirent dans un club reggae très en vogue, histoire de s’amuser un peu. Malheureusement, la bonne humeur et la joie furent de courte durée. Suite à un malentendu, Trésor et Pixita se disputèrent grave.

 




6 – Drole de Reve

29072011

Cher Blog,

Le réveil de ce matin fut dur, il faisait froid et bien enveloppée dans ses couvertures, elle n’arrivait pas à se résigner à sortir du lit. Son copain lui manquait, ils avaient l’habitude de dormir enlacés toute la nuit ; du coup, une fois revenue chez elle, elle peinait à trouver le sommeil loin de ses bras. Elle rêvassait en s’étirant.
Trésor voulait organiser leurs fiançailles, il en avait en parlé et était sensé appeler sa tante Christiane pour s’informer du déroulement de la cérémonie afin de commencer les préparatifs ; cependant, bien qu’elle sache qu’il était préoccupé par sa situation avec son père et quelques petits soucis financiers au boulot, elle ne parvenait pas à patienter. Trouvant le temps trop loin, elle se demandait comment se passerait cette demande en mariage.

Hier, Pixita avait dîné avec un ami perdu de vue depuis l’adolescence et en rentrant, une idée lui traversa l’esprit, une idée que Georges, son ami d’enfance avait refait surgir du fin fond de son inconscience. Elle se rappela alors sa discution avec Ange-Carole sur la demande en mariage en question. Maintenant, elle savait ce qu’elle voulait pour ce jour là. Elle imaginait la scène.
Un diner aux chandelles sur le toit d’un immeuble, un décor simple mais très élégant, de la musique en fond sonore, un son que Trésor aurait lui-même composé pour la circonstance. La table serait bien dressée et il’ accueillerait avec des roses ; il serait en costume et elle en tenue de soirée.

Ouhhh lala il était temps d’aller se préparer sinon elle risquait d’être en retard. Dans le taxi qui l’emmenait au bureau, elle envoya un SMS à l’homme qu’elle aimait éperdument:

Pixita:  » Bonjour Mr Trésor Mine, Bien dormi ?  »

Trésor:  » En vérité, pas vraiment mais je vais bien, et ma princesse comment elle va ?  »

Pixita:  » Son prince lui manque. Elle dort mal sans ses bras. Elle vit mal loin de ses beaux yeux.  »

Trésor:  » Oh elle m’envoie terriblement navré. Je ferai tout pour réparer cette peine définitivement. Je l’aime.  »

Pixita:  » Elle est folle de son prince. Sa vie n’aurait plus aucun sens sans lui. Elle s’en irait avec lui s’il venait à disparaître.  »

Trésor:  » C’est reciproque.  »

Pixita:  » Tu fais de moi une femme exceptionnelle, épanouie et très heureuse.  »

Trésor:  » Je suis ravie que ton entourage et toi-même l’ai remarqué et apprécié. Je ferais plus. Une mère comblée.  » Apres la lecture de ce dernier message, Pixita eut les larmes aux yeux, c’était indiscutablement l’homme de sa vie.

Les heures défilèrent très vite et le moment de rentrer était enfin là. Elle était impatiente car son homme devait passer la chercher  pour passer la fin de semaine ensemble ; il avait terriblement manqué à tous ses sens.
Trésor et Pixita avaient une petite coutume, ils buvaient un verre ou deux de vin le soir après le repas, soit devant un film ou en refaisant le monde à leur facon. Etant en panne de ce exilir, ils se mirent à chercher un endroit où ils pouvaient en trouver, soudain celle-ci se rappella qu’il y avait un petit supermarché par loin de chez elle dont la cave restait ouverte jusqu’à minuit. C’etait genial, ils se haterent d’y aller faire leur course pour enfin se retrouver dans leur petit nid d’amour provisoire. En effet, Trésor vivait tout comme elle chez ses parents encore, après le mariage ils devaient emménager ensemble. Agnès, la nounou, leur firent de l’igname frit avec du poisson melangé au piment. C’était une excellente cuisinière et une jeune femme très douce. Pixita et elle s’entendaient tres bien. Une fois le repas terminé, ils se mirent au vin tout en discutant de leurs journée respective, de leurs frustrations et autres.

Trésor:  » J’ai fait du mal à mon pere en perdant son tel. J’ai été inconscient.  » dit-il avec un air si coupable et triste; Pixita avait le coeur brisé de voir son homme comme ca. Elle aurait tant voulu que son beau-pere puisse enfin ouvrir les yeux pouvoir la perle rare qu’etait le fils qu’il avait mis au monde.
Pixita:  » C’est pas de ta faute mon amour, ca arrive à tout le monde de perdre quelque chose quelque soit son age, tu n’as pas à t’en vouloir pour ca.  »
Tresor:  » Ça a gaché tous mes efforts pour lui souhaiter la bienvenue, il a à peine remarquer le boulot abbatu pour sa voiture; il ne m’a meme pas remercié quand bien meme que le peintre l’ai fait d’avoir pensé à faire plaisir à mon pere. Il a perdu tous ses numeros importants et sa carte memoire qui comptait des souvenirs (importants) pour lui. Je ne lui sers à rien. Il ne m’a pas desiré, je n’etais pas attendu. J’ai debarqué sans prevenir et il a du s’accomoder de ma presence; ce qu’il fait jusqu’à present.  »
Pixita, au bord des larmes, se mise à hair le pere de Tresor; non, elle ne pouvait etre reconnaissante à pareille personne d’avoir donné la vie quant il la detruisait par ses actes ignobles.
Puis heureusement, le sujet changea; ils se mirent à parler de leurs futurs enfants. La jeune femme avait un cycle irregulier et des ovaires paresseux; s’ils voulaient un enfant, elle devait suivre un traiment pour rebooster l’activité des ovules. Cependant, Pixita, bien que desirant avoir un autre bebe, n’etait pas prete à concevoir si elle n’etait pas mariée. Ainsi, au fil de la discution et de fil en aiguillie, ils finirent par faire l’amour passionnement.




5 – Début de Week-End

28072011

Bonjour Cher Blog,

7h sonnait sur son réveil, mais elle n’avait pas le coeur à se lever; Trésor, encore endormi, l’enlacait tendrement. Quitter ce cocon douillé demandait des efforts surhumains. Elle devait s’y résoudre, se leva en se promettant d’en profiter à fond le lendemain puisque c’était le week-end. Arrivée au boulot, elle papotait avec Awa et Nadège, 2 collègues, enceintes respectivement de 6 mois et 4 mois. Secrètement, elle enviait leur bonheur de porter la vie, s’interrogeant intérieurement sur le quand viendra son tour. La journée passa dans un train-train quotidien. Trésor vient la chercher à la sortie du boulot, ils partirent rendre visite à Maxence,  le meilleur ami de ce dernier, qui déprimait depuis quelques temps suite à sa rupture avec sa fiancée après 8 ans passés ensemble. Chemin faisant, Pixita se souvint du message reçu inbox par Sarila qui était une invitation à son anniversaire chez elle le lendemain à 16h.

Pixita: » Bébé, on ira demain à la fête de Sarial?  »

Tresor:  » Sais pas, On verra.  »

Pixita: » Elle m’a invité.  »

Tresor:  » Et moi aussi, mais pourquoi tiens-tu tant à y aller ?  »

Pixita: » Pas que j’y tiens spécialement mais ca ne coûte rien de s’y rendre non plus.  »

Tresor:  » Ok, on verra bien. »

Sur un point, Trésor n’avait pas tort. Pixita était bien decidée à aller à cette fête car une petite idée qu’un petit démon dans sa tête lui avait insuflé. La cousine ou soeur de l’ex de Trésor serait présente à cette fête; aussi une fois pour toutes, elle voulait prouver à cette dernière ainsi qu’aux autres filles qui oseraient prétendre à son homme que Trésor était à elle et à elle seule.

 



4 – Coup de Blues !!!

27072011

Coucou Cher Blog,

Il est 7h, le réveil vient de sonner mais Pixita avait les yeux bien ouverts depuis trop longtemps pour que la sonnerie du réveil l’ai dérangé. Elle avait prié toute la nuit pour Trésor, pour que ses rapports avec son père s’améliorent ou à défaut qu’elle puisse être auprès de lui pour le soutenir dans toutes ses épreuves. Et comme à son habitude, elle fit son lit et passa sous la douche, s’apprêta et sortir prendre son taxi pour aller au bureau. La journée était morne, la fraîcheur s’installait. Le temps était à l’image de son humeur. Ses écouteurs dans les oreilles, elle se passait une sélection de chansons religieux qui apaisait son âme tourmentée.

Les heures passèrent rapidement; la pause arriva, le moment de se détendre un peu, de sortir prendre de l’air. Tout en marchant dans la rue qui mène au petit restaurant du coin où elle prenait son déjeuner habituellement, elle repensait à sa discution avec sa mère. Comment annoncer à Trésor qu’il fallait qu’il s’occupe des fiançailles car sa mère se plaignait du fait qu’elle passait plusieurs semaines chez lui alors qu’ils n’étaient que de simples petits amis. Bien vrai qu’il était venu se présenter et avait annoncer à sa famille ses intentions de l’épouser, n’en demeure pas moins qu’ils attendaient toujours sa démarche concrète qui ferait d’elle SA FIANCÉE aux yeux de tous.

Pixita imaginait la cérémonie assez intime, si possible on aurait déplacer le maire, l’imam et le prête ( Trésor est musulman) sur le lieu de réception de sorte à avoir tout le monde sur place. La cérémonie se serait passée dans un immense jardin, et toutes les personnes qu’elle aimait serait auprès d’elle ce jour béni pour partager son bonheur; Pixita avait même déjà trouvé sa robe de mariée, elle était d’une simplicité à ravir un coeur sans froufrou, juste ce qui lui fallait. Elle se plaisait à imaginer l’orchestre de son club préféré venir chanter juste pour elle et son époux et son fils la conduire à l’autel en lieu et place de son père mort 3 ans plutôt.




1 – Bonjour tout le monde !

26072011

Bienvenue sur Unblog.fr, vous venez de créer un blog avec succès ! Ceci est votre premier article. Editez ou effacez le en vous rendant dans votre interface d’administration, et commencez à bloguer ! Votre mot de passe vous a été envoyé par email à l’adresse précisée lors de votre inscription. Si vous n’avez rien reçu, vérifiez que le courrier n’a pas été classé par erreur en tant que spam.

Dans votre admin, vous pourrez également vous inscrire dans notre annuaire de blogs, télécharger des images pour votre blog à insérer dans vos articles, en changer la présentation (disposition, polices, couleurs, images) et beaucoup d’autres choses.

Des questions ? Visitez les forums d’aide ! N’oubliez pas également de visiter les tutoriels listés en bas de votre tableau de bord.




3 – Journée Minable

26072011

Pixita Sanchez est une jeune femme de 28 ans qui a un boulot dont elle n’est pas folle, a un copain qu’elle adore et un fils qui est toute sa vie. Ça fait 6 mois qu’elle vit sa parfaite idylle avec Trésor, le mariage était même envisagé ainsi que certaines démarches dans ce sens là. Cependant, la vie qu’elle mène que ce soit au travail, avec Trésor ou en tant que mère n’est pas toujours rose.

 

Pixita sortit de chez elle pour se rendre au boulot comme chaque matin à 8h, la nuit avait été longue car elle ne se remettait de sa dispute de la veille avec Trésor. Il avait été si dure avec elle mais elle le comprenait et était désolé pour le mal qu’elle lui avait fait. Tout ça était arrivé à cause de ce satané Yuri qui ne l’a lâchait plus. Oui, c’est vrai qu’au début, elle l’avait laissé lui faire la cour, c’était agréable, vu que depuis quelques temps, Trésor ne daignait pas sortir avec elle sous des prétextes pas tellement justifiés à ses yeux. Mais au finish, elle ne voulait pas de ce genre de choses dans sa vie de couple qu’elle voulait totalement claire et transparente. Elle aimait Trésor depuis trop longtemps pour le perdre à cause de futilité. Dans le taxi qui la conduisait au Plateau-Rue du Commerce où était basé le siège de sa société, elle envoya un texto à Trésor:  » Bonjour Trésor. J’ai pas fermé l’œil et je le savais déjà mais en plus j’ai pas arrêté de retourner notre conversation dans ma tête. Je te présente mes sincères excuses. Tu as totalement raison. Je ferai ce qu’il ya à faire. » Ce dernier ne daigna répondre qu’à 9h et son texto disait: « Et tu feras bien…Saches ce que tu veux dès maintenant car je prendrai mes responsabilités la prochaine fois. » Elle n’en revenait; ce n’était pas possible, il ne pouvait lui avoir écrit ceci. Ses larmes se misent à couler sur ses joues. Si Trésor tenait comme il disait lui même à prendre ses responsabilités, est-ce à dire qu’il la quitterait? Oserai-t-il vraiment?

Ainsi s’écoula la sainte journée de Pixita en tourment formé de questions sans réponses. Elle appela sa cousine Rosma, devenue sa nouvelle confidente. Elle lui compta son souci et décidèrent de se voir à la descente pour prendre un pot. RDV fut pris pour 18h30 dans un pub de la place, les 2 jeunes femmes contentes de se retrouver papotèrent un bon moment avant de revenir au récit fatidique.

Rosma : « Alors ma puce, raconte-moi ce qui ne va pas »

Pixita : «  Comme je te l’avais sur Facebook, Trésor m’a blessé par son message. Je comprends très bien qu’il ait mal pris le fait que j’ai laissé Ryan me courtiser mais c’est juste sans grand-chose,  je m’ennuyais tellement de lui que j’ai commis la bêtise de le remplacer par ce gars là. J’aime Trésor et je refuse de le perdre pour des idioties. Je crois qu’il pense à rompre à la moindre occasion, que faire ? »

Rosma : « Écoute ma belle, tu t’emballes pour trop peu, ce qu’il a écrit est certes dure mais il n’envisage pas de te quitter ; laisse tomber sinon ça va être une histoire à n’en point finir et vous allez vous perdre. Il t’aime mais c’est un homme. Allons calme-toi, tout va rentrer dans l’ordre ; je te promets »

 Pixita : « Je veux bien te croire, ok je passe l’éponge mais je te préviens je ne l’appelle sous aucun prétexte, s’il ne fait pas le 1er pas qu’il ne compte pas sur moi non. »

La causerie continua son train-train, parfois elles éclatèrent de rire à une blague, une moquerie, ou une anecdote raconté sur un ex quand Pixita reçut un sms de Trésor: » J’ai perdu le téléphone de mon père ce matin avant d’aller le chercher à l’aéroport… » Le sang de Pixita se glaça, son sourire disparut et elle se demandait quoi répondre à ce message quand Rosma la tira de sa rêverie.

Rosma :« Qu’est-ce qui se passe Pixita ? Tu m’inquiètes, ton message disait quoi ? »

Pixita :« C’est un texto de Trésor, il a perdu le téléphone de son père, il est dans tous ses états. Sais pas quoi répondre. »

Rosma :« Si ce n’est qu’un tel, c’est pas grave ça peut arriver à tout le monde. »

Pixita :« Non tu ne comprends pas, Trésor a des rapports assez conflictuels avec son paternel ; c’est un dictateur, il dirige sa famille comme on dirige l’armée ; Trésor adore son père mais celui-ci ne le lui rend pas du tout ; il exige toujours plus de lui et même quand c’est pas le cas, c’est Trésor dans l’espoir de s’attirer l’affection de son père qui prend tout sur lui, qui se casse entre 4 pour lui plaire ; alors perdre ce téléphone est la dernier chose qui pouvait lui arriver. Il en sera malheureux pendant plusieurs mois et c’est à moi de ramasser les pots cassés de son père. Décidément, je déteste mon beau-père. Il a un fils génial et il ne s’en rend même pas compte. Écoute Rosma, je vais rentrer, il faut que j’appelle Trésor, il a besoin de moi. »

Sur ce, elles se lâchèrent en se promettant de se revoir très bientôt.

 

 







mariatokyo |
le chapiouasulie racconte l... |
idées en liberté |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les pages de Zenon
| mehri blog
| Le monde de Montalbano